Augmenter le texte Diminuer le texte

La langue hybride ou le néo-libéralisme linguistique

Un texte de Jean Delisle
Thèmes : Francophonie canadienne, Langue
Numéro : Argument 2016 - Exclusivités web 2016

Depuis des lustres, des défenseurs de la langue française au Québec éprouvent le besoin de lever des drapeaux rouges afin de mettre en garde les usagers contre les risques de dérives liées à l’anglicisation. Certains de ces langagiers, bien qu’animés des meilleures intentions du monde, tombent parfois dans l’hypercorrection et le discours punitif et sont l’objet de moqueries. Il serait facile de donner des exemples ayant desservi leur cause, mais ce n’est pas notre propos ici.

Malgré ces excès ponctuels de purisme, souvent malicieusement montés en épingle et dont on fait des gorges chaudes, il faudrait être aveugle ou de mauvaise foi pour ne pas reconnaître que cet effort collectif de redressement de la qualité de la langue, qui s’est échelonné sur plusieurs générations, a bel et bien porté ses fruits. Non, le niveau ne baisse pas autant qu’on le dit. Oui, dans l’ensemble, il y a amélioration de la qualité de la langue tant à l’oral qu’à l’écrit. Est-ce à dire qu’il faut pour autant relâcher toute forme de vigilance et fermer les yeux sur les pressions que l’anglais exerce en permanence sur la langue française? Certainement pas.

Ce qui est nouveau c’est l’apparition de « chantres de l’hybridation ». Benoît Melançon et Marc Cassivi adhèrent au nouveau dogme du « néo-libéralisme linguistique » dans leurs ouvrages respectifs Le niveau baisse! et autres idées reçues sur la langue (Del Busso, 2015) et Mauvaise langue (Somme toute, 2016). Tous deux regardent de haut ceux qui poursuivent l’incessant combat visant à préserver la sève idiomatique de la langue française et sa richesse lexicale. À leurs yeux, ce combat est aussi futile que ringard, car « les langues sont des guidounes et non des reines1 », des reines devant qui il faudrait se prosterner.

Leur thèse est clairement formulée sur la page couverture de l’opuscule de Marc Cassini : « Une langue n’est pas une prison. On peut la protéger sans s’enfermer dans l’obsession du français, la crainte irraisonnée du bilinguisme et le refus obstiné de l’anglais. Le franglais n’est pas – et ne sera jamais – la langue commune des Québécois. » Cette prédiction d’oracle, enrobée dans un optimisme béat, ne distingue pas le bilinguisme individuel du bilinguisme collectif, et appelle de nombreuses mises au point et rectifications.

 

Un universitaire, un journaliste

Les deux auteurs sont des figures bien connues des milieux journalistiques et intellectuels. Directeur du Département des littératures de langue française à l’Université de Montréal, où il est professeur titulaire, Benoît Melançon est aussi directeur scientifique des Presses de cette université et membre de la Société royale du Canada. Quant à Marc Cassivi, il est chroniqueur aux pages culturelles et critique de cinéma au quotidien La Presse, en plus de participer régulièrement à des émissions télévisées.

Ce professeur et ce journaliste jouissent donc de plusieurs tribunes pour faire valoir leur point de vue. De prime abord, leur crédibilité ne semble pas devoir être mise en doute, d’autant que Benoît Melançon a été décoré de l’Ordre des francophones d’Amérique et que le gouvernement du Québec lui a décerné, en 2012, sa plus haute distinction en matière de qualité et de rayonnement de la langue française.

Comment expliquer, dès lors, que leur thèse soit accueillie avec autant de réserve et de scepticisme? Lors du passage de Melançon à l’émission Bazzo TV, le 12 novembre 2015, à la question « La qualité du français se dégrade-t-elle au Québec? », 78 % des personnes ont répondu OUI, 14 % UN PEU et 8 % NON. Bien que ces résultats n’aient aucune valeur scientifique  ils ne reflètent que l’opinion des auditeurs de l’émission –, il n’est pas interdit de penser qu’ils témoignent d’une perception largement répandue au sein de la population.

Dans la presse, le critique Louis Cornellier, comme d’autres journalistes tels que Odile Tremblay2 et Lysiane Gagnon3, a apporté les nuances qui s’imposent entre une utilisation « artistique » du franglais que Xavier Dolan met dans la bouche de certains de ses personnages et le « choix » artistique que font les Lisa LeBlanc, qui parle comme elle chante, ou les Dead Obies, choix relayé par bien des Québécois. On peut en dire autant de la langue de nombreux humoristes québécois4.

La question de fond ici est la suivante : comment expliquer qu’il faille avoir recours à l’anglais pour exprimer ce que le français peut très bien exprimer5?

 

Hypocrisie

Ce qui étonne le plus dans ce débat linguistique est le fait que Melançon et Cassivi acceptent le français hybride et « joualisant » de manière tout à fait décomplexée, voire irresponsable, tout en croyant faire « rayonner la langue française ». Leur technique rhétorique consiste à traiter de vieux réactionnaires ceux qui considèrent que le franglais est beaucoup plus qu’un simple épiphénomène artistique sans effet réel sur la place et sur la qualité du français au Québec.

D’où la riche collection d’épithètes dont ils affublent ces « puristes » déconnectés de la réalité qui, à leurs yeux, sont des « essentialistes linguistiques6 », des « curés aux oreilles écorchées », des « chevaliers de l’apocalypse linguistique », des « alarmistes », des « monomaniaques du français ».

Dans Mauvaise langue, Cassivi range dans cette catégorie Louis Cornellier, Mathieu Bock-Côté, Denise Bombardier, Christian Dufour, le professeur André Braën et des organismes comme l’Office québécois de la langue française. Moi-même ainsi que le chroniqueur du Devoir Christian Rioux, qualifié d’« archétype du Québécois culturellement colonisé », sommes aussi du nombre. Faut-il rappeler qu’en pensée critique, les attaques ad hominem sont parmi les arguments les plus faibles? D’ailleurs, Marc Cassivi n’a pas une très haute opinion du Québec dans son ensemble qu’il décrit comme une « société anti-intellectuelle […] qui se félicite de son inculture ». Mais passons.

Adeptes de la langue mâtinée d’anglais, Melançon et Cassivi proclament avec assurance que le français n’est aucunement en danger et que seuls des paranoïaques croient en cette menace. Ils veulent être modernes, ouverts, cools et branchés, mais, en réalité, ils « font preuve d’une inquiétante légèreté7 », d’une déplorable complaisance, d’une triste inconscience, en plus d’être en contradiction avec eux-mêmes.

Tous deux, en effet, maîtrisent très bien la langue française, mais se désolidarisent de ceux qui n’en ont pas une connaissance aussi parfaite. Ils célèbrent comme une richesse la pauvreté de langage de ceux qui s’expriment dans une langue gangrenée d’anglicismes, mais ils se gardent bien de l’employer eux-mêmes, sachant pertinemment que cette langue hybride qu’ils encensent ne leur aurait jamais permis d’accéder aux postes qu’ils occupent. Il y a là une forme d’hypocrisie.

 

Des paranoïaques?

Quand René Lecavalier, qu’on ne saurait taxer de paranoïaque, a littéralement forgé la langue du hockey pour être en mesure de décrire les matches dans un français précis et correct, ce n'était pas par peur de voir la langue française disparaître. C’est qu’il croyait aux ressources de cette langue et en sa capacité d’exprimer toutes les réalités de ce sport (équipements, techniques de jeu, etc.). Il n’avait pas honte de sa langue et avait le souci d'élever ses compatriotes au sens noble du terme, de les faire grandir en affinant leur outil de communication.

On peut en dire autant de l’animateur de Radio-Canada Henri Bergeron, décoré de l'Ordre des francophones d'Amérique en 1989. Il serait facile de citer de nombreuses autres figures québécoises, connues ou moins connues, qui ont été animées de cette même conviction profonde que l’on peut assimiler à une forme de patriotisme.

« Une langue n’est pas une prison », pontifie Marc Cassivi. Pierre Baillargeon pense le contraire : « La langue est une prison. » Mais l’écrivain et traducteur québécois s’empresse d’ajouter : « La posséder, c’est l’agrandir un peu. » Autrement dit, « c’est quand une langue est bafouée qu’elle emprisonne ceux qui la parle dans le mépris8 ».

Or, au lieu de chercher à agrandir leur prison comme l’ont fait les René Lecavalier et Henri Bergeron, Melançon et Cassivi font l’éloge de la langue hybride, farcie d’anglicismes. Ils se gardent bien, toutefois, de l’utiliser dans leurs propres écrits. À preuve : leurs opuscules sont rédigés dans un français tout à fait acceptable et efficace. N’est-ce pas reconnaître au français certaines qualités intrinsèques?

Mais il y a plus. Ces deux champions de l’hybridation refusent d’admettre qu’une mauvaise maîtrise de la langue peut avoir de graves conséquences pour certains individus. Par leur analyse erronée des vrais enjeux linguistiques et par leurs attaques répétées à l’endroit des « puritains de la langue », ils ne font aucun cas de tous ceux qui souffrent de ne pas parler ou écrire convenablement une langue dont ils pourraient pourtant faire usage un peu partout sur la planète, le français étant lui aussi une grande langue de communication et de diffusion, faut-il le rappeler.

Des exemples? Combien d'étudiants québécois ne vont pas poursuivre leurs études en France parce qu'ils se sentent linguistiquement complexés? Combien préfèrent étudier dans des manuels anglais, de crainte de ne pas comprendre la terminologie française? Combien sont gênés d'écrire un simple courriel parce qu'ils savent que leur message sera truffé de fautes? Combien sont incapables d'écrire une lettre pour revendiquer des droits? Combien sont gênés de parler français devant un auditoire? Combien remettent leurs travaux en anglais ou vont au cégep anglais, par insécurité linguistique? Combien en Ontario abdiquent et s'assimilent, s’estimant incapables de parler convenablement la langue de leurs parents? Combien choisissent les écoles anglaises pour la même raison?

Sur le marché du travail, j’ai connu un électricien francophone qui se procurait ses catalogues de pièces et de matériel électrique en anglais, car il n’avait jamais vraiment utilisé la terminologie française de son propre domaine de spécialisation. Combien de fonctionnaires fédéraux francophones sont plus à l’aise à rédiger en anglais qu’en français? Il serait facile d’allonger cette liste d’exemples.

Devant la langue hybride, on peut se demander, à la suite de l’universitaire François Charbonneau, si l’on n’assiste pas « à l’émergence d’une nouvelle norme régionalisée qui isolera davantage le Québec des autres locuteurs du français. […] On ne quitte pas la norme impunément. L’assimilation des francophones du Canada n’est pas une vue de l’esprit et le métissage excessif de notre langue, désormais la seule manière de “faire vrai” au grand écran ou dans la chanson populaire, risque de l’appauvrir et de nous isoler de la francophonie9 ».

Par leur indifférence à l’égard des conséquences désastreuses de la langue hybride, Melançon et Cassivi font penser à l’empereur Néron contemplant l’incendie de Rome.

 

Mauvaise foi

Dans son opuscule, Marc Cassivi me fait l’honneur douteux d’évoquer, pour en rire, un exemple que j’ai donné dans un article récent10 afin d’illustrer le fait que l’emploi systématique d’un mot anglais nuit à l’apprentissage du mot français chez un enfant qui n’entend jamais employé le mot français. Il affirme que je me « scandalise » qu’un père de famille qui, s’adressant à son fils, utilise constamment weed-eater au lieu de « taille-bordure », exemple choisi entre mille. J’y verrais, selon le pamphlétaire, la preuve du « déclin irréversible de la langue des Québécois11 », ce que je n’ai jamais prétendu, mais l’affirmer servait bien sa thèse. La mauvaise foi de l’admirateur de Sugar Sammy est évidente ici.

Il y a quelques années, Cassivi aurait aimé que l'on chante en anglais à la Saint-Jean-Baptiste. Il avait même proposé qu'Ariane Moffat chante dans cette langue lors de cet événement. Réflexe typique d’un anglomane qui se dit indépendantiste, tout en ignorant le sens profond de la Fête nationale!

J’y vois le symptôme d’une attitude de colonisé ou, pour reprendre les mots de Louis Cornellier, « le symptôme effrayant de notre fatigue de nous-mêmes, de notre aliénation en marche12 ». Le français ne saurait exister par lui-même; il lui faut être cautionné par l’anglais. Quand on a compris que le caractère identitaire primordial des Québécois est la langue française, n’est-il pas logique et normal que la Fête nationale soit l'occasion de célébrer cette identité en français? Ce geste d’affirmation nationale n’implique nullement le rejet des anglophones du Québec. Les Irlandais de Montréal fêtent-ils la Saint-Patrick en français? Se demandent-ils s’ils doivent « franciser » leurs célébrations? Cassivi a raison d’écrire que « le déni de l’autre n’est pas un prérequis à l’affirmation de soi ». Mais, à l’inverse, le déni de soi n’est pas non plus un préalable à l’accueil de l’autre.

Du haut de sa superbe, Marc Cassivi voudrait transposer à toute la société québécoise son cas personnel de bilingue ayant eu la chance de faire l’apprentissage de l’anglais en bas âge, ce qui l’élève de facto, croit-il, au-dessus du vulgum pecus. On a l’impression à le lire que l’anglais, c’est pour, le prestige, l’universel, le rayonnement international, le français pour la famille, la tribu, le folklore. Pas plus que celle de Benoît Melançon, sa démonstration ne réussit à nous convaincre, d’autant que son ouvrage fourmille d’incohérences, de préjugés et d’idées préconçues.

De contradictions aussi. D’un côté, il fait l’apologie de la langue hybride, de l’autre, l’éloge des traducteurs, ces bilingues « qui utilisent le moins d’anglicismes ». Les traducteurs ont justement appris à dissocier les langues à tous les niveaux. Ils savent d’expérience que parler deux langues en même temps c’est n’en parler aucune convenablement. Benoît Melançon et Marc Cassivi auraient tout intérêt à aller se renseigner auprès des traducteurs, qui détiennent une des clés de la compréhension des langues en contact.

 

JEAN DELISLE, MSRC

Professeur émérite,

École de traduction et d’interprétation,

Université d’Ottawa

 


 

 

 

 

1 André Belleau, cité par Benoît Melançon, Le niveau baisse! p. 59.

2 « Un film, vu d’ici, vu de là-bas », Le Devoir, 18-19 octobre 2014, p. E 2.

3 « La langue de “Mommy” », La Presse, 21 octobre 2014, p. A 25.

4 V. notre lettre au Devoir, « Le mépris des humoristes », 31 décembre 2013, p. A 6.

5 V. André Braën, « Le franglais : le Québec toujours assis entre deux chaises », Argument, vol. 17, no 2, 2015, p. 137.

6 C’est en vain que l’on chercherait un langagier qui corresponde à la définition caricaturale que Benoît Melançon donne de cette catégorie de langagiers à la p. 33 de son ouvrage.

7 Louis Cornellier, « De quoi le franglais est-il le symptôme », Le Devoir, 28 juin 2015, p. E 8.

8 Id., « La langue mêlée de Marc Cassivi », Le Devoir, 19-20 mars 2016, p. F 6.

9 François Charbonneau, Présentation du dossier « Notre avenir sera-t-il franglais? », Argument, vol. 17, n2, 2015, p. 95-96.

10 « L’effet corrosif du joual sur la langue écrite », Argument, vol. 17, no 2, 2015, p. 123-134.

11 Marc Cassivi, op. cit., p. 12.

12 Louis Cornellier, « De quoi le franglais est-il le symptôme ».




Retour en haut

LISTE D'ENVOI

En kiosque

vol 19 no 1
Automne 2016 - Hiver 2017

Trouver UN TEXTE

» Par auteur
» Par thème
» Par numéro
» Par dossier
Favoris et partager